Le Transsibérien et la steppe...

Vadrouille en Mongolie mai-juin 2011
 
Dominique Paquet, auteur dramatique et Alain Bellet écrivain, en vadrouille de mots et de kilomètres. Un vieux rêve que l'on réalise un matin de printemps. Un vol, Moscou, puis la gare de Laroslav pour un départ d'une semaine à 23 heures 45, ce dimanche là...
 

 De Moscou à Oulan-Baator, les kilomètres sont des mots en urgence d'être écrits, des mots où l'histoire des hommes s'invite au passage. Mots bouleaux, mots des souffrances marquées dans le paysage, Dostoïevski, Pasternac, Gorki, les auteurs ne s'annoncent pas pour pénétrer dans votre compartiment au détour d'une courbe bordée de mélèzes..

Dans les couloirs de chaque wagon, le grand samovar s'impose comme principal complice du voyageur. Thé, café, à volonté... L'eau bouillzante fume sans cesse, à l'inverse des grandes usines d'armements désaffectées bordant la voie ferrée, à l'arrière du Front contre les nazis, les kalachnikovs sont prêtes... Aujourd'hui, personne ne s'est soucié de démolir les grands cadavres de béton...

Partout en Sibérie, Lénine salue les pauvres Russes pris au piège de l'économie de marché et des affairistes ! Partout l'histoire concentrationnaire tsariste et stalinienne marque le territoire.
Des villes défilent, des internements singuliers reviennent en mémoire.
On repense aux souvenirs de la maison des morts, au goulag, au Docteur Jivago... Bientôt ce sera Michel Strogoff que l'on suivra dans le parc de la maison des Décembristes, à Irkoustz...
La ville fête ses 350 ans et affiche ses images depuis l'invention de la photographie... Le Grand Duc Michel nous sourit à quelques mètrres des escouades bolcheviques montant àl'assaut du ciel...
Près du centre-ville,c'est Maxime Gorki qui observe en douce le gentls couples d'étudiants profitantd'un rayon de soleil, ce n'est pas si souvent...